Paul Surridge fait ses adieux à Roberto Cavalli

Paul Surridge s’apprête à quitter Roberto Cavalli, dont il a présenté sa dernière collection le 23 février sur les podiums milanais.

Le designer britannique était arrivé chez Roberto Cavalli dans un contexte délicat. Rachetée en avril 2015 par le fonds italien Clessidra, après une année en demi-teinte et toujours en difficulté financière, la maison avait fait appel en 2016 à Gian Giacomo Ferraris, en le nommant CEO, pour la relancer et la repositionner en tant que grande marque de luxe. Le styliste avait rejoint la maison un an plus tard, alors qu’elle avait fait l’objet d’une profonde restructuration.

Le départ du créateur s’inscrit aussi dans un contexte particulier pour la griffe. Cette dernière, dont le chiffre d’affaires attendu pour 2019 est de 155 millions d’euros, est en quête d’investisseurs depuis plusieurs mois. La cession de la part de Clessidra est donnée pour imminente et n’a pas manqué de mettre en alerte les syndicats, inquiets pour l’avenir de l’entreprise et, en particulier, pour les 270 employés travaillant principalement à Florence.

Selon les dernières informations qui circulent, le groupe américain Bluestar Alliance, détenant entre autres dans son portefeuille différentes marques de mode américaines telles que Bebe, Catherine Malandrino, Tahari ou Brookstone, serait en pole position avec une offre de 100 millions d’euros. Le designer allemand Philipp Plein serait aussi sur les rangs, épaulé par le fonds anglais Blue Skye Investment Group.

Be first to comment