Louis Vuitton prend ses quartiers à la Fondation Marguerite et Aimé Maeght, pour son défilé croisière 2019

 

Dans ce lieu serein dominant la colline des Gardettes, l’esprit fantasque du couple Maeght perdure. On y ressent encore l’aventure exaltante de cette communauté de peintres, sculpteurs, écrivains ayant bâti ensemble une utopie artistique.

Cette collection veut répondre à l’originalité lumineuse d’Aimé Maeght que Pierre Alechinsky qualifiait de « réalisateur de rêves ».

 

 

Le vêtement est aussi un mode d’expression puissant dès lors qu’il définit la personnalité, appuie la force du caractère. Telle une figure libre, des entrelacs de vestiaires différents, voire antagonistes, créent une composition inédite. Des mariages illogiques de styles redéfinissent une autre logique du style. Des références d’une couture d’un siècle passé s’harmonisent à nos jours présents. Le faux- semblant a quelque chose de vrai. L’ambigüité des mélanges peut dessiner un nouveau raffinement.

 

 

Sans peur de l’excentricité ou de l’extravagance, la Maison Louis Vuitton bouscule ses propres codes comme le geste fulgurant d’un artiste. Cette collection, telle une cohorte d’allures, déambule dans le Labyrinthe Miró, œuvre extraordinaire in situ. Elle s’accorde au dédale de cet espace unique composé de personnages oniriques. Comme une promenade rêveuse, elle rappelle qu’avant tout, la mode est un jeu.

 

 

Lors du défilé Louis Vuitton Croisière 2019, la Maison est fière d’annoncer sa collaboration avec Grace Coddington. Ecrivaine, dessinatrice, rédactrice iconique de la mode, Grace Coddington dont on connaît sa passion pour les animaux et notamment les chats qu’elle croque d’un trait charmeur, a crée une ligne d’accessoires où l’on retrouve tout son bestiaire imaginaire.

« J’ai adoré travailler avec Nicolas et son équipe. J’espère que le rêve deviendra réalité pour Pumpkin, Blanket et le chien de Nicolas ; c’était vraiment le cas pour moi. Notre amour partagé pour les animaux nous a permis, à Nicolas et moi, d’établir une relation forte au-delà de la mode. » Grace Coddington. Cette capsule exclusive sera disponible en octobre 2018 en magasin.

 

 

L’artiste Woodkid offre une performance musicale dans la cour Giacometti. Pour ce concert, il a rassemblé les instruments inventés par les frères Baschet qui, dans les années 50, au fil de leurs expérimentations acoustiques, ont créé une famille de structures sonores, axées sur les vibrations entre le verre et le métal. Woodkid a également composé la bande son du défilé, dans laquelle Jennifer Connelly prête sa voix pour lire des extraits de « Grace: A Memoir » de Grace Coddington (Editions Random House).

« Je connais cet endroit depuis vingt-cinq ans et j’aime à m’y rendre régulièrement. C’est une belle histoire de famille, une histoire particulière de galeristes passionnés qui ont inventé un lieu d’échange extraordinaire avec tous les artistes dont ils étaient aussi les amis et les mécènes. On perçoit dans les œuvres pérennes toute cette connivence et cette palpitation artistique. C’est un site intelligent, beau. Un lieu qui a de l’esprit et où les installations ont un rapport particulier avec la nature et les saisons. » Nicolas Ghesquière

Be first to comment