Le biopic sur Yves Saint Laurent

YSLNon il ne s’agit pas d’une critique cinématographique sur le biopic de jalil Lespert, déjà surmédiatisé. Nous laissons cela aux spécialistes du cinéma. Bien sur nous avons été touchés par la performance d ‘acteur des deux protagonistes et le travail remarquable du jeune Pierre Niney. Mais c ‘est plutôt un regard modeux  que nous avons porté sur le film ce week-end. Voici donc, ce que nous en avons pensé…

Tout d ‘abord, quelle joie de redécouvrir les tenues du créateur, ses créations phares comme la robe Mondrian, le smoking, les chapeaux et tous le défilé inspiré par la Russie en 1976. De véritables pièces de musée prêtées par la fondation Pierre Bergé. 

Il est aussi très agréable de découvrir le travail du styliste, son génie créatif, sa vision de la femme, son envie de révolutionner les coupes, et l’ essence même de la maison Saint-Laurent. 

 

Nous avons aussi porté un regard amusé, sur l ‘ambiance plus intimiste des défilés des années 50-70, la façon de marcher des mannequins, les codes de beauté. Les présentations évoluent tout au long du film pour arriver à ce que l’ on connait aujourd hui, un public plus grand, le souci du choix des invités aux premiers rangs, presque plus « lookés » que celles qui vont défiler. Aujourd’ hui le show se fait aussi dans la rue, avec les blogueurs, le street-look. Il est intéressant de voir que le premier défilé du couturier avait quelque chose de feutré, de doux, presque intimiste, sans estrade ni jeux de lumières. 

 

YSLNous avons aussi noté à quel point le styliste vivait en fonction des saisons, préférant les collections de printemps et se plaignant parfois de devoir fournir autant de créations en une année. Quand on pense aujourd’ hui que certaines Maisons présentent des collections à la fois en prêt-à- porter et haute couture, deux collections croisière, un défilé des Métiers d’ art et parfois même des collections capsules pour des grands magasins, avec en plus, l’imagination d’ un décor et de thèmes toujours plus surprenants, on se dit forcément que la demande et la productivité sont de plus en plus intenses. 

 

Plus qu’un film sur la vie de Saint-Laurent, son histoire ou « ses histoires » d ‘amour nous avons apprécié de plonger au cœur de la création, bu l ‘ inspiration à la source estampillée YSL et apprécié chaque tenue comme une véritable œuvre d art. 

 

Si le film a pu bénéficié de toutes ces robes grâce au soutient et à l ‘approbation de Pierre Bergé, nous avons hâte de découvrir ce que nous réserve celui de Bertrand Bonello avec Gaspard Ulliel dans le rôle titre. 

Nous irons nous rincer l’œil modeux, le moment venu, bien entendu !

 

 

 

Par Margot Robin

Be first to comment