L’Avenue Montaigne fait son cinéma

Marlène, la divine

Avec tout le glamour qui émanait des grandes Maisons de mode, il était normal que l’Avenue Montaigne attire d’autres stars. Plusieurs vedettes de cinéma y ont ainsi élu domicile. La plus célèbre est probablement Marlène Dietrich, qui habita pendant plusieurs décennies au numéro 12. C’est là, devant la porte cochère, que l’attendaient les paparazzi. C’est là, dans son appartement, qu’elle fut longuement interviewée en 1963 par André Parinaud pour une série d’émissions mémorables sur France Culture. C’est aussi là qu’elle décéda, le 6 mai 1992. Et même si elle est enterrée à Berlin, l’âme de la grande actrice flottera toujours sur les lieux. Serge Reggiani en était conscient qui lui dédia une chanson en 1997, sobrement intitulée “Avenue Montaigne”…

Fauteuils d’orchestre

Quitter sa province pour “débarquer” à Paris ? C’est une situation banale, qui a alimenté nombre de scénarios. Et que se passe-t-il si la jeune fille en question est engagée

dans un bar de l’Avenue Montaigne ? Cela donne “Fauteuils d’orchestre”, de Danièle Thomson, l’un des succès français de l’année 2006. Cécile de France donne sa fraîcheur à la naïve provinciale, qui découvre une galerie de personnages fascinants, à l’intersection des univers de la mode, de la littérature et de l’art. Du théâtre des Champs-Élysées aux salles de vente de Drouot-Montaigne, Jessica fait rapidement son apprentissage dans ce Paris de tous les talents. Et lorsque l’histoire d’amour se déroule sur fond de tour Eiffel illuminée, on a vraiment envie de paraphraser Arletty : atmosphère, atmosphère…

 

 

Rendez-vous au Plaza

Arletty, justement ! C’était l’une des habitués de l’hôtel Plaza Athénée qui, en termes de célébrités, s’y connaît. La galerie de ceux qui l’ont fréquenté ressemble au Bottin

mondain de Cannes, de Cinecittà ou de Hollywood : Hitchcock, Clint Eastwood, Daryl Zanuck, Gina Lollobrigida et Sofia Loren, Yves Montand et Claudia Cardinale… Richard Burton et Liz Taylor, au sommet de leur gloire médiatique, s’y installent une bonne partie de l’année 1971. On peut y croiser Roger Moore et Tony Curtis tournant un épisode d’Amicalement vôtre ou, au Relais, les grandes Marlène Dietrich et Ava Gardner noyant dans un verre le souvenir nostalgique de leur jeunesse. La rencontre la plus inattendue est peut-être celle qui se produit en mai 1987. Pour fêter son 89e anniversaire, Arletty, la gouaille de Paname par excellence, est entourée de ses amis. Au milieu de titis parisiens, figure un hôte inattendu : John Travolta…

 

 

 

 

Be first to comment