GUCCI x MAURIZIO CATTELAN THE ARTIST IS PRESENT

Imaginez un monde regorgeant de portraits de vieux maîtres, d’antiques bustes romains en marbre, de reliquaires d’or emplis de mains et de cœurs de zombies, de tapis efflorescents et de tapisseries colorées, de bébé dragons et de crânes de créatures inconnues.

 

 

Ce rêve est celui du visionnaire Alessandro Michele, directeur de la création de Gucci. À l’instar du poète, au milieu du chemin de notre vie, il s’est retrouvé par une forêt obscure. Mais la voie droite n’était pas perdue : il ne l’a tout simplement jamais suivie, choisissant délibérément la route la moins fréquentée. Sur ce chemin se trouve un homme, grand et mince, en jeans et T-shirt moulant, les cheveux poivre et sel, un nez romain ancrant son long visage perplexe : Maurizio Cattelan, artiste infatigable, atteint d’un grave trouble de thésaurisation d’images. L’acolyte parfait.

Maurizio Cattelan rêve de flâner dans Shanghai pour y puiser son inspiration. Le monde onirique qu’ils ont en commun a pour cadre la métropole chinoise, où est née la pensée selon laquelle « la copie est l’original ». Le 10 octobre au Yuz Museum de Shanghai, le rêve devient réalité : un projet d’exposition intitulé The Artist is Present d’après la célèbre performance solo de Marina Abramovic au MoMA, avec Maurizio Cattelan pour commissaire. Dès ses premiers mots, The Artist is Present est un acte d’appropriation. C’est le moins que l’on puisse attendre d’une exposition dont le commissaire est Maurizio Cattelan et qui est nourrie par Alessandro Michele de Gucci.

 

Tous deux ont parfaitement conscience que l’un des plus grands thèmes de l’art est la relation complexe qui s’établit entre image et réalité, représentation et présentation. Et tous deux savent fort bien que cela est d’autant plus vrai aujourd’hui, puisque tous, nous sommes à la fois les pourvoyeurs généreux et les consommateurs voraces d’un monde du simulacre, entre illusion et réalité. Ancrée dans ce déluge visuel permanent, The Artist is Present aborde des projets d’artistes proposant la simulation et la copie en tant que paradigme de la culture mondialisée.

The Artist is Present expose une sélection de plus de trente artistes étrangers et chinois qui présenteront à la fois des œuvres in situ et existantes remettant en question les principes artistiques les plus sacrés de l’ère moderne : originalité, intention, expression. En cette époque où tout est reproduit, rien ne conserve vraiment l’aura de l’originalité, ce qui suggère le besoin urgent de surmonter l’ancienne notion de contrefaçon au profit d’une nouvelle manière de concevoir la copie comme un outil indispensable pour faire face à notre société contemporaine.S’il est vrai qu’une réplique grandeur nature de la chapelle Sixtine voyage à travers le Mexique et qu’on se presse pour la voir comme une star de la pop en tournée, The Artist is Present peut être considérée comme un manifeste fondé sur l’idée que la reconnaissance d’une œuvre dépend des idées qu’elle implique et non de la simple satisfaction visuelle offerte par une œuvre d’art originale.

Be first to comment