Gucci 90 ans de luxe et d’élégance

Guccio et Rodolfo Gucci devant la boutique Gucci, Florence 1940

1921, une naissance à Florence

 

En 1921, c’est sur les rives de l’Arno, à Florence, que naît l’une des plus célèbres Maisons de luxe du monde. Le jeune Guccio Gucci, héritier d’une dynastie d’artisans du cuir, y ouvre une bottega de maroquinerie qui fournit les élégants Toscans en petits bagages et accessoires pour l’équitation, inspirés par la tradition d’excellence
anglaise – son passage par l’hôtel Savoy de Londres n’y étant pas étrangère ! En quelques années, Guccio Gucci se crée une clientèle fidèle et exigeante, qui apprécie les sacs et les malles, les gants, les ceintures, qui magnifient le savoir-faire séculaire des artisans florentins.

Dès 1938, une boutique est installée dans la plus célèbre rue de Rome, la via Condotti, puis en 1951 à Milan, via Montenapoleone.
Les années cinquante et soixante voient apparaître l’indémodable signature Gucci – la bande vert-rouge-vert, puis le logo GG . À sa disparition en 1953, Guccio Gucci laisse à ses héritiers une société qui est déjà un mythe de la mode et du luxe, habillant aussi bien les stars du cinéma que l’ancienne aristocratie européenne.

 

Florence 1953

De Liz Taylor au Metropolitan Museum

 

On portait du Gucci aussi bien à Cinecittà, à l’époque de La Dolce Vita, qu’à Saint-Germain-des-Prés chez les existentialistes, à Hong Kong ou à New York. Preuve de l’universalité de la marque, on comptait parmi les inconditionnels aussi bien Liz Taylor que Peter Sellers ou Samuel Beckett ! Pour Grace Kelly en visite, Gucci créa l’écharpe en soie imprimée Flora, aux 37 couleurs, tandis que les étoiles de Hollywood
avaient accès dans la boutique de Beverly Hills à des créations uniques, utilisant des matériaux rares et somptueux – pierres précieuses, crocodile ou renard argenté. Alors que la galaxie continue de se développer, notamment avec le prêt-à-porter et l’ouverture de nouveaux points de vente dans des villes-phares, l’influence grandissante de Gucci sur la mode est symbolisée par la décision du Metropolitan Museum de
New York – le plus grand musée du monde – de faire entrer dans ses collections permanentes le célèbre mocassin Gucci orné de son mors.

La marque la plus désirée du monde !

Après les années 1980, Gucci connaît une croissance spectaculaire. Dynamisé par le duo Domenico de Sole-Tom Ford, Gucci entre dans le groupe PPR, où elle devient la marque leader. Après un passage chez Fendi, Frida Giannini entre en septembre 2002
comme Directrice de la Création des sacs à main et y ajoute deux ans plus tard la Direction de la Création accessoires. En 2006, elle devient l’unique Directrice de la Création, s’attachant à fondre en un style unique, rajeuni, vivifié, l’extraordinaire patrimoine de la Maison et son goût jamais démenti pour l’innovation. Le passé magnifié par le présent : ce mariage réussi de la tradition et de l’innovation a aussi fait de Gucci la deuxième marque de luxe au monde en termes de chiffre d’affaires, qui a doublé en sept
ans. Ce succès éclatant est confirmé par une donnée parlante : en 2007, selon une enquête d’opinion Nielsen, Gucci est considérée comme la marque de luxe la plus désirable au monde !

Frida Giannini renouvelle les classiques

Frida Giannini

 

Comment renouveler une icône du XXe siècle ? C’est le défi qu’a relevé Frida G iannini
avec, entre autres, deux créations emblématiques de Gucci : les sacs Bamboo et Jackie.
Le premier est né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en 1947, lorsque la
pénurie de cuir poussa Gucci à tirer le meilleur des matériaux disponibles, souvent
«pauvres», comme le chanvre, le lin ou le bambou… La virtuosité des artisans de la

Maison permit d’élaborer le brunissage du rotin – le sac Bamboo, avec sa anse évoquant
la forme d’une selle de cheval, était né ! Plus d’un demi-siècle après sa création
et la déclinaison du motif en de multiples produits raffinés – des montres jusqu’aux
talons aiguille – la Directrice de la Création lui a redonné un nouveau souffle en
l’incarnant dans des accessoires très contemporains. Le sac Jackie, ainsi surnommé car
il fut le fétiche de Jackie Kennedy, a lui aussi subi une cure de jouvence en gagnant en

souplesse, en couleurs lumineuses, et en raffinement avec des peaux très précieuses
– autruche, python ou crocodile…

 

Sac Bamboo 1947

Sac New Bamboo

 

Gucci prend de la vitesse

Fendre les eaux à la barre d’un Riva tout en restant fidèle à l’univers Gucci, c’est possible. Gucci a en effet collaboré avec une autre Maison de prestige, Riva, née en 1842 sur le lac d’Iseo, pour créer une embarcation d’exception, présentée en 2010 au Salon nautique de Cannes. Avec ses tissus rendant hommage aux motifs Guccissima et au blanc brillant de Gucci, avec ses parements en acajou et son pare-brise en cristal, l’Aquariva est un véritable joyau des mers. Moins profilée mais tout aussi mythique est la Fiat 500, qui a symbolisé l’Italie de la reconstruction. Frida Giannini, en collaboration avec le bureau de style de Fiat, a conçu une édition limitée de la macchina dont le premier modèle a plus d’un demi-siècle. Habillée de noir ou de blanc, avec une peinture nacre brillante, des détails en chrome satiné et une bande web (vert-rouge-vert) qui en fait le tour, la 500byGucci a fait sensation au Salon de Genève en mars 2011. Elle réunit
en elle la nostalgie d’un passé heureux et les dernières technologies.

 

Du côté des enfants

Élargissant sans cesse son audience, Gucci a récemment créé une collection pour les enfants, qui est disponible depuis novembre 2010. Comprenant aussi bien des vêtements que des chaussures, de la petite maroquinerie ou des accessoires (écharpes ou lunettes de soleil), elle reprend les codes Gucci, avec la signature double GG ou le mors de cheval, en leur donnant une touche de fraîcheur. Cette attention envers l’enfance se matérialise aussi par des actions humanitaires. Le partenariat de Gucci avec l’Unicef depuis 2005, qui a été marqué par une collaboration avec l’actrice et chanteuse Jennifer Lopez, a permis de recueillir plus de 9 millions de dollars. Ils ont été employés pour des programmes de développement, notamment en Afrique subsaharienne : aide aux plus défavorisés, mise en place d’actions de prévention ou d’accès aux soins vitaux, équipement des écoles avec de l’eau potable, soutien aux enfants atteints de sida ou programmes de nutrition.

 

Une passion pour le cinéma

Entre un nom qui incarne à lui seul un art de vivre plein de glamour, né dans l’une des plus belles villes du monde, et le meilleur de la créativité italienne, le mariage était inévitable. Sous l’impulsion de Frida Giannini qui rappelait récemment que «Gucci partage avec le cinéma une histoire de longue date, remontant à la fin des années quarante», Gucci s’est engagé dans la restauration de ce patrimoine essentiel, en versant notamment 900 000 euros à la Film Foundation de Martin Scorsese pour la restauration de la version originale du Guépard. Ce film tourné en 1963 par Luchino Visconti, à partir du roman de Tomasi di Lampedusa, et dont le casting inclut des stars comme Alain Delon, Claudia Cardinale ou Burt Lancaster, est une véritable icône de la culture transalpine, qui a été présenté au festival de Cannes en 2010. C’est la même approche
qui a poussé Gucci à soutenir la restauration d’un autre film emblématique, La Dolce Vita de Federico Fellini. La copie restaurée a été présentée au Festival de Rome – la ville où le film avait été tourné en 1959 – le 30 octobre 2010.

 

Martin Scorsese et Frida Giannini

 

90 ans en fanfare !

90 ans, cela se fête et la Maison Gucci entend bien marquer cet anniversaire en 2011 ! Une ligne exclusive de prêt-à-porter et d’accessoires a été dessinée pour cette occasion. Comme l’explique la Directrice de la Création, Frida Giannini, «chaque pièce de la collection raconte une anecdote, illustrant un chapitre de l’histoire de la Maison». Cette collection 1921 porte une nouvelle signature : G. Gucci Firenze 1921. Le célèbre vert Gucci se retrouve à l’intérieur des mocassins tandis que le cuir, matière fétiche, s’installe sur le cadran de la montre de femme et jusque sur les lunettes de soleil !
L’écusson et le monogramme GG apparaissent sur le carré de soie ou le prêt-à-porter. Et pour ceux qui veulent faire une véritable plongée dans l’histoire de la marque, il ne reste
qu’à profiter de l’autre événement de l’année : l’ouverture à l’automne 2011, à Florence, d’un musée entièrement dédié à Gucci, avec des archives et des pièces uniques offertes à l’admiration des visiteurs.

 

Sacs New Bamboo, Collection1921

Mocassins Mors en crocodile,
Collection1921

 

Commentez le premier !