GQ ET GUCCI PRÉSENTENT LA 2ème SAISON DE LA SÉRIE DE COURTS-MÉTRAGES THE PERFORMERS

GQ et Gucci ont annoncé aujourd’hui la deuxième saison en cinq épisodes de la série The Performers produite par Dylan Jones, rédacteur en chef de l’édition britannique de GQ. En 2017, GQ et Gucci ont lancé The Performers pour documenter le pèlerinage de cinq hommes influents sur des lieux inattendus qui ont forgé leur esprit et leur vision. En 2018, la collaboration créative a été renouvelée pour cinq épisodes supplémentaires qui continueront à explorer l’influence et l’inspiration de certains des créatifs les plus originaux qui soient.

 

 

«La poursuite de cette collaboration est une merveilleuse occasion de mettre en avant The Performers, ces talents culturellement pertinents et inspirants, ces arbitres du goût, de la classe et de la créativité», a déclaré Dylan Jones, rédacteur en chef de l’édition britannique de GQ et producteur exécutif de la série. «Michael Clark évoquant son insatiable créativité est une belle façon de lancer l’Acte VI ».

 

 

L’Acte VI inaugure le retour de la série The Performers avec le danseur et chorégraphe écossais anticonformiste Michael Clark en train de diriger des performances audacieuses etimmersives dans des love hotels à Tokyo. Clark a commencé la danse dès l’âge de quatre ans, avant de suivre une formation professionnelle à l’école du Royal Ballet de Londres. « Je n’arrivais pas à m’intégrer », se souvient-il à propos de cette expérience. «Pas à cause de l’éthique de travail, mais parce que c’était la fin des années 70, au début de la période punk, et que j’étais attiré par cette énergie, par ce chaos»

 Clark a ensuite fondé une propre compagnie de danse à son image, la Michael Clark Company, et travaillé avec certains des outsiders post-punk les plus exceptionnels de Grande-Bretagne, dont l’artiste de performance Leigh Bowery, ou encore Mark E. Smith, le chanteur du groupe The Fall.

 

 

 

Après une première découverte du Japon en tournée dans les années 80 avec sa mère et Bowery, Clark est revenu dans ce pays pour ce voyage filmé par le réalisateur Johnny Hardstaff. «Je crois que les Japonais m’ont découvert avant que je me découvre moi-même», dit-il. «Ils ont pris mon travail au sérieux, ce qui a beaucoup compté pour moi. Revenir dans ce pays est une expérience poignante».

Fidèle à son esthétique anti-establishment, Clark canalise Bowie dans une performance audacieuse et haute en couleur avec un stylisme de Luke Day, directeur de la mode de l’édition britannique de GQ.

 

D’autres épisodes seront diffusés tout au long de l’année 2018.

Be first to comment