Elie Saab

Elie Saab, 43 Avenue Franklin D. Roosevelt

 

 

Les robes Elie Saab distillent élégance et rêve, quelles sont les grandes lignes de la collection Printemps-Été 2011 ?

 

Elie Saab s’est inspiré de l’élégance des icônes de mode des années 70, période
phare d’une grande féminité associée à l’image d’une femme libre et déterminée.
Sa dernière collection de Prêt-à-porter illustre cette époque mythique, en
sublimant des robes fluides en jersey rose thé, ou encore des robes ou tuniques
aériennes en mousseline imprimée de motifs abstraits pastel. Pour la fin de
journée, des couleurs exotiques rappelant l’exubérance de Bahia prennent la
relève dans un foisonnement de plissés-drapés : robes de cocktail courtes et
ajustées, follement séduisantes, sur un prisme de vert tendre, saumon, bleu
ardoise et blanc fumé. Pour le soir, les paillettes grisées effet croco et les longues
robes pêche en soie satin lavée affichent des décolletés plongeants. Au travers
de ces créations, Elie Saab donne vie à tout un monde de beauté glamour.

 

 

Les accessoires Elie Saab complètent admirablement les silhouettes…

 

Les matériaux riches et précieux et le soin minutieux apporté aux détails sont
perceptibles dans une superbe collection de petites pochettes en croco gold ou
daim camel, striées de lignes vernies grège. Mais également des minaudières
en daim saumon, surlignées de métal, des micro sacs-bijoux parés d’émaux et
cristaux, ou texturés d’un entrelacs de cuir ton sur ton gris galet, impeccablement
coordonnés à de hautes sandales ouvertes. À chaque moment et occasion du
jour et du soir, les créations de la Maison accompagnent ainsi une garde-robe
très étudiée, cultivant une élégance impeccable en toute circonstance.

 

 

Qu’en est-il de la nouvelle collection Couture ?

 

Les tailles, ceinturées d’un ruban de gros-grain ton sur ton, révèlent les
silhouettes de manière altière. Affleurant à la base du cou, les coupes couvrent
le buste avec légèreté, les épaules s’enveloppent de tulle blanc craie, de dentelle
nervurée de noir ou rebrodée de pétales rose thé. Des volumes courts s’ouvrent
en corolle depuis la taille. Des teintes empruntées à la lingerie se marient avec
des fleurs abstraites, tandis que des pétales de tulle et perles nacrées dévorent
une robe comme un corail mousseux. Les dentelles et broderies se mêlent et
se superposent dans un summum de subtilité, sur une palette printanière de
rose thé, parme, framboise, vert anis et blanc craie.

Commentez le premier !