Dior/Lindbergh: une relation en clichés

Il a photographié nos plus belles muses – de Marion Cotillard à Charlize Theron – en signant, de son style unique, nos campagnes pour le Lady Dior et J’adore. Peter Lindbergh, disparu en septembre 2019, était l’un des plus proches collaborateurs de la Maison.

 

 

Cet ouvrage est le dernier de ses projets réalisés avec Dior, une co-création inédite chère au cœur de cet immense artiste tout autant qu’au nôtre. Soixante-dix ans d’histoire Dior projetés dans la jungle de Times Square. Bien loin du 30, avenue Montaigne où bat le cœur de la Maison. Tel est le rêve aussi extravagant qu’extraordinaire qui a donné naissance à ce recueil en deux parties et au double nom Dior/Lindbergh. Le photographe allemand Peter Lindbergh tenait à réaliser ce projet ; Dior l’a rendu possible en faisant voyager outre-Atlantique un convoi exceptionnel de trésors : plus de 80 modèles d’archives. Image forte de cette séance photo hors norme, Alek Wek virevoltant en tailleur Bar 1947, néofemmefleur illuminant de sa grâce les rues de New York. Les mannequins à la beauté très « Lindbergh » – Karen Elson, Saskia de Brauw, Carolyn Murphy, Amber Valletta, Sasha Pivovarova – ont sillonné les avenues effervescentes, fendant la foule des badauds revêtues des silhouettes iconiques. « Wake up, now you go in the hell of today and let’s see what happens* », leur avait intimé le photographe, avec l’humour qui le caractérisait.

 

 

Le résultat est à la hauteur de l’ambition de cet exercice de style : un éblouissement magnétique dans un noir et blanc comme texturé, un jeu de contrastes savamment maîtrisé pour révéler l’architecture virtuose et les matières précieuses des modèles. Ces instants décisifs entremêlant haute couture et frénésie urbaine rendent hommage au mouvement de la street-photographie auquel New York a si souvent prêté ses décors. « Je passai deux jours à New York dans un émerveillement continu. L’air électrique qu’on y respire tient constamment en éveil », écrivait Christian Dior dans ses mémoires à propos de sa première rencontre, en 1947, avec la ville qui ne dort jamais. La New York d’aujourd’hui confère une énergie intemporelle aux créations de la Maison, du couturier-fondateur à Maria Grazia Chiuri.

 

 

Cet ouvrage se présente dans un précieux étui, en deux parties : un livre dédié aux archives de Dior, et un autre à celles de Peter Lindbergh. Le premier offre soixante-dix ans d’histoire et de créations de la Maison «capturés» par le photographe lors de cet incroyable shooting, en octobre 2018, à New York, tandis que le second rassemble plus de cent images célébrant l’élégance Dior – haute couture et prêt-à-porter, femme et homme –, des clichés signés Peter Lindbergh, publiés au cours des trente dernières années dans les magazines les plus prestigieux : le Vogue américain, Vogue Paris, Vogue Italia, Harper’s Bazaar ou Vanity Fair

Be first to comment