Campagne publicitaire Printemps/Eté 2020 de Gucci

Ne sous-estimez jamais la puissance d’un trio. Omnia tria divina sunt, dit le vieil adage. Et c’est d’autant plus vrai quand le trio inclut un cheval. Cet équidé à poils longs est-il un animal de compagnie ? Un membre de la famille ? Un assistant thérapeutique ? Un clin d’œil à la lignée équestre durablement inscrite dans l’ADN de Gucci ? L’incarnation mythologique d’une déité porteuse de messages d’amour ? Il correspond peut-être à toutes ces définitions, ou peut-être à aucune.

 

 

Toujours est-il qu’un cheval figure parmi les trois personnages principaux de la nouvelle campagne publicitaire de Gucci. À la plage, en cuisine, à la station de lavage de voitures, dans les embouteillages, le cheval est toujours là : il grignote un encas, nage dans la piscine, nettoie des chaussures à la station de lavage, emmène les deux autres à destination et partage toutes sortes de moments avec son ou sa… propriétaire ? La notion de propriété n’a pas sa place dans une relation. Cette campagne est un exercice de chaleureuse ambigüité, un numéro de surréalisme quotidien, une célébration du paradoxal.

Le directeur de la création Alessandro Michele aime repousser les limites, une mission dont il a cette saison confié l’expression visuelle au réalisateur idéaliste Yorgos Lanthimos. En fin de compte, l’intrigue du récit est laissée à l’appréciation des spectateurs. À chaque œil son chemin. On pense à The Lobster, le film dystopique de Yorgos Lanthimos où les hommes et femmes célibataires qui ne parviennent pas à trouver de partenaire sont transformés en leur animal préféré pour l’éternité.

 

Le cheval pourrait tout aussi bien être la nouvelle incarnation d’un humain. Il ne faut pas oublier que Zeus prenait souvent l’apparence d’animaux pour séduire. Néanmoins, le cheval symbolise aussi la liberté. Le défilé Printemps/Eté 2020 de Gucci célébrait la capacité de la mode à briser le carcan des règles grâce à l’autodétermination du style personnel. La présence du cheval dans le film sert peut-être à le rappeler.

Cette campagne s’envisage toutefois dans sa globalité, sans aucun moyen d’aller droit au but, et c’est précisément le but recherché pour faire passer un message libertaire : la vérité et le style sont dans l’œil et les comportements de celui ou celle qui regarde.

#OfCourseAHorse

Be first to comment