Avenue Montaigne : une avenue-lumière

Curieusement, c’est à l’approche des jours les plus courts de l’année que l’Avenue Montaigne est la plus lumineuse. Durant cette période, elle brûle littéralement de mille feux, ce qui lui a déjà valu le premier prix des illuminations de la ville de Paris. La moitié de ses arbres sont couverts de guirlandes étincelantes et de “papillotes”. Mais le spectacle est aussi dans les boutiques où l’on fait assaut d’inventivité scénographique.     Certaines présentent le traditionnel sapin, adapté au goût du jour. D’autres mettent en scène des compositions thématiques sur un produit, une couleur, une matière. À Noël, les vitrines de l’avenue se voient de loin, comme des phares dans la nuit.

Comédie humaine

D’un côté le Rond-Point, antichambre des Champs-Élysées, ouvrant vers la Concorde, l’Arc de Triomphe et l’Élysée. De l’autre, une belle perspective conduisant à la Seine et, par-delà, à la Rive gauche. L’Avenue Montaigne est parisienne jusqu’au bout des ongles ! Comme chez sa voisine, la rue François Ier, On y admire des vitrines séduisantes, des cabriolets dernière génération, des stars renouvelant leur garde-robe. Mais l’on y rencontre aussi des journalistes quittant les studios radiophoniques, des acteurs en retard s’engouffrant par la porte du théâtre, des étudiants entrant au café…     L’Avenue Montaigne est vivante, variée et cosmopolite. Tendez l’oreille : vous y entendrez parler à peu près toutes les langues de la Terre.

Se promener, tout simplement

Mais on peut aussi s’y procurer des plaisirs très simples. L’avenue est si large que le ciel y est grand ouvert au-dessus de nos têtes. Un véritable privilège dans la capitale, à saisir notamment la nuit, pour se rassasier de la lune et des étoiles ! Et lorsque les feuilles des arbres deviennent mordorées, rousses, couleur vieille vigne, que le vent les fait tournoyer dans l’automne parisien, et que quelques oiseaux poussent un trille joyeux, fermez les yeux. Et faites le bilan de toutes les émotions que peut vous procurer ce coin de Paris… Si l’Avenue Montaigne n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Be first to comment