Bienvenue au sein de la haute société avec le défilé Louis Vuitton printemps-été 2020

Revenir aux sources et recomposer une haute société qui s’exprimerait dans une nouvelle Belle Époque, comme un hommage à cette période vivace où Paris était un enchantement.

 

 

Revenir au plaisir du protocole vestimentaire. S’auréoler d’un certain dandysme qui mélange avec culture les styles et les genres. Reprendre cette idée majeure du romantisme ou comment transposer un Art Nouveau sur des vêtements. Inventer une communauté, qui célèbre l’enthousiasme de la singularité. Enfin, juste signer sa mise d’un évocateur cattleya piqué sur le revers d’un veston, comme le symbole chimérique du dernier des raffinements.

Louis Vuitton reprend le fil de sa propre histoire, et réunit deux débuts de siècle, ce temps rêvé à l’aube du XXe siècle dont le XXIe siècle aimerait se souvenir.

A l’écran, l’artiste Sophie dans une version spécialement réalisée pour Louis Vuitton de « It’s Okay To Cry », initialement dévoilée en 2017, avec la participation de Woodkid.

L’ensemble du bois utilisé pour le défilé est issu de forêts gérées durablement en France (bois de pin maritime en provenance des Landes, 100 % certifié PEFC). A l’issue du défilé, l’intégralité du décor en bois sera par ailleurs donnée pour réemploi dans le cadre d’un partenariat avec ArtStock, dont la mission est de recycler et valoriser les éléments issus de la production artistique afin de préserver notre environnement. La structure transparente a, quant à elle, été louée à l’occasion du défilé.

 

Be first to comment